Un siècle après l’expérience violente de la Grande Guerre, l’histoire, la littérature et le cinéma proposent un regard nouveau sur cet affrontement et sur ses conséquences. Après avoir établi un bilan de la guerre prenant en compte l’évolution de l’historiographie sur le sujet, nous examinerons les objectifs du traité de paix de 1919 à travers une approche qui ouvre sur les conséquences de cet acte sur l’histoire du XXe siècle.

La Première Guerre mondiale

La première guerre mondiale, aussi appelée la Grande Guerre, est un conflit militaire impliquant dans un premier temps les puissances européennes et s’étendant ensuite à plusieurs continents, qui s’est déroulé de 1914 à 19181. Le 28 juin 1914, à Sarajevo, un jeune nationaliste serbe originaire de Bosnie, Gavrilo Princip, assassine le couple héritier du trône austro-hongrois, le prince François-Ferdinand d’Autriche et son épouse la duchesse de Hohenberg. L’Autriche-Hongrie réagit à l’attentat en formulant un ultimatum à l’encontre du royaume de Serbie, en accord avec son allié allemand. Les exigences austro-hongroises étant jugées inacceptables par les Serbes, ceux-ci rejettent l’ultimatum, ce qui conduit l’Autriche-Hongrie à déclarer la guerre à la Serbie. Ce conflit local provoque l’activation d’un jeu d’alliances entre les grandes puissances européennes qui les entraîne sur la voie de la guerre. Plusieurs de ces puissances sont à la tête d’empires s’étendant sur plusieurs continents, ce qui explique la dimension mondiale du conflit. Considérée comme un des événements marquants du xxe siècle, cette guerre met essentiellement aux prises deux grandes alliances : la Triple-Entente ou Alliés et l’alliance formée par les Empires centraux.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale

Depuis la fin du XIXe siècle, les peuples européens traversent un fort sentiment nationaliste. En France, il n’est question que de revanche contre l’Allemagne pour récupérer l’Alsace et la Lorraine, régions perdues lors de la guerre de 1871. Dans les empires austro-hongrois et ottoman déclinants, les différentes populations : hongroises, serbes, tchèques, etc. revendiquent leur indépendance. Les Italiens réclament les terres irrédentes, majoritairement italophones, à l’empire austro-hongrois. En parallèle, depuis l’unification de l’Allemagne en 1871, le pays a rattrapé son retard économique sur les grands États européens. Son industrie est particulièrement importante. Les dirigeants allemands veulent donc trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits et obtenir des matières premières à moindre coût. C’est ainsi qu’ils lorgnent sur l’Afrique, chasse gardée française et anglaise. Par deux fois, l’empereur Guillaume II tente de prendre le Maroc à la France, en 1905 et en 1912, provoquant des conflits diplomatiques de plus en plus graves. La Serbie était un État satellite qui servait de fusible à une situation déjà détériorée où, au sein même de l’Empire austro-hongrois, il y avait des pressions guerrières considérables. Et, paradoxalement, l’un des protagonistes de ces pulsions était l’archiduc Ferdinand, qui a été assassiné le 28 juin 1914 à Sarajevo. Le jeune irrédentiste Gavrilo Princip, sortant d’une épicerie, alors qu’il avait peut-être déjà renoncé à l’attaque, se retrouva devant la voiture de l’archiduc, arrêté à cause d’une mauvaise manœuvre du cortège. Princip a alors sorti son pistolet et a tiré sur la duchesse Sophie et l’archiduc. Ils sont morts tous les deux avant d’arriver à l’hôpital. A partir de ce moment, le chaos a commencé. En quelques semaines, l’Autriche a envoyé un ultimatum à la Serbie, qui n’a pas accepté certains points du document mais a répondu de manière diplomatique. En attendant, la Russie a décidé de soutenir la Serbie. Un incident entre les soldats serbes et autrichiens a accéléré les événements et le 28 juillet 1914, l’Autriche a déclaré la guerre à la Serbie. Les causes de la Première Guerre mondiale sont complexes et actuellement toujours débattues. Guerre de coalition à l’échelle européenne, ce conflit entraîne la mort de plus de 18 millions de personnes et 20 millions de blessés. Depuis le déclenchement de ce conflit, les intellectuels, les militants politiques et les historiens se sont penchés sur ces causes, entraînant l’existence d’une historiographie nombreuse et variée. On peut distinguer, dans la diversité des causes, les causes immédiates, le casus belli du 28 juin 1914, découlant du problème rencontré par la Double Monarchie avec l’irrédentisme slave du Sud autour de la Serbie, et les causes plus profondes, de nature politique, économique et sociale. La multiplicité de ces causes pousse les historiens à proposer différentes interprétations, parfois en contradiction les unes avec les autres.

Les conséquences de la guerre sont catastrophiques

Les combats de la Première Guerre mondiale prirent fin à la suite d’un armistice avec l’Allemagne. Au cours des années 1919 et 1920, les puissances alliées signèrent avec les vaincus les traités de Versailles, de Saint-Germain-en-Laye, de Neuilly, du Trianon et de Sèvres mettant fin officiellement à la guerre. Les lendemains de la Première Guerre mondiale virent des changements politiques, culturels et sociaux radicaux à travers l’Europe, l’Asie, l’Afrique, et même dans des zones qui n’avaient pas été directement impliquées. Quatre empires s’effondrèrent à cause de la guerre, d’anciens pays furent rayés de la carte, de nouveaux furent créés, des frontières furent redessinées, des organisations internationales furent mises sur pied, et beaucoup de nouvelles et d’anciennes d’idéologies s’ancrèrent fermement dans l’esprit des gens. La Première Guerre mondiale eut également pour effet d’amener la transformation politique de l’Allemagne et du Royaume-Uni en apportant le suffrage quasi universel à ces deux puissances européennes, les transformant en démocraties représentatives pour la première fois dans l’histoire. Il existe plusieurs catastrophe. Catastrophe démographique: 10 millions de morts, 6 millions d’invalides, et 10 millions de morts supplémentaires en Europe dus à la grippe espagnole de 1918-1919. Catastrophe morale: les combattants sortent traumatisés d’un conflit, qui a vu également le génocide arménien de 1915, et son million de victimes. Catastrophe matérielleles dégâts dans les zones de guerre sont considérables. Catastrophe financière: les États européens sont lourdement endettés, surtout auprès des États-Unis. Pour l’Europe, qui dominait le monde au XIX e siècle, tout cela marque le début du déclin.D’autant que de nouveaux bouleversements sont à prévoir : le bilan territorial de la Grande Guerre voit la disparition des empires centraux ; de nouveaux États apparaissent Yougoslavie, Tchécoslovaquie, Pologne, Allemagne coupée en deux, mais de nombreuses revendications nationales demeurent , même chez des vainqueurs comme l’Italie. Le traité de Versailles de 1919 rend l’Allemagne entièrement responsable de la guerre : ce  Diktat  ne permet pas une paix à long terme.La guerre a également provoqué l’effondrement du régime du Tsar en Russie. Lénine et les Bolcheviks prennent le pouvoir. Ce modèle révolutionnaire est sur le point de mettre le feu à l’Europe.