Dans les montagnes d’Anatolie, la cité de Sagalassos aurait préservé le mode de vie romain bien au-delà de la chute de l’empire au Ve siècle.

L’année 476 – quand le roi barbare Odoacre dépose l’ultime empereur romain Romulus – marque la chute de l’empire romain et l’entrée de l’Europe dans le Moyen Âge. Mais la cité de Sagalassos, située à 1 500 mètres d’altitude dans les montagnes du Taurus, dans l’actuelle Turquie, a préservé bien au-delà de cette date la romanité adoptée au Ier siècle de notre ère. L’hellénisation, puis la période romaine, ont fait de Sagalassos un site extraordinaire : forum, théâtre, temples, bibliothèque, thermes…

Détruite par un tremblement de terre au VIIe siècle, puis abandonnée par ses habitants, elle avait été totalement oubliée jusqu’aux années 1990, quand un vaste chantier de fouilles s’y est ouvert. Par la voix des archéologues, la ville nous raconte aujourd’hui l’histoire des « derniers Romains« . Qui étaient-ils et comment ont-ils vécu ? Pourquoi ont-ils déserté la cité ?