Josh Bernstein s’aventure dans la jungle amazonienne pour découvrir la culture de Chavin et pour déterminer l’existence d’un temple maudit.

  Des milliers d’années avant que les Incas imposent leur domination sur le territoire qui correspond à l’actuel Pérou, la mystérieuse civilisation Chavin y régnait, de 2000 à 300 ans avant Jésus-Christ. Son statut de puissance régionale ne provenait pas de la puissance de ses guerriers, mais du contrôle qu’elle exerçait sur ses sujets via l’utilisation de plantes hallucinogènes.

 Comme de nombreuses autres civilisations ayant précédé les Incas (les Chimus, les Nazcas, les Moches), la société Inca accorda une très grande importance à la vénération de dieux puissants. Leur panthéon contenait des dieux importants omniprésents tels que :

  • Viracocha: dieu créateur
    •Inti: dieu du le soleil et père de la dynastie Inca
    •Illapa : dieu de la pluie, du tonnerre et de l’éclair
    •Pachamama : déesse de la terre (terre-mère)
    • Mama Cocha : déesse de la mer et des lacs

 Les Incas vouaient un véritable culte au soleil. Les empereurs Incas étaient considérés comme des descendants directs du dieu Soleil et étaient adorés comme des divinités. L’or, symbole du dieu Soleil, était extrêmement exploité pour l’usage des dirigeants et membres de l’élite, non pas en tant que monnaie d’échange mais principalement dans un but décoratif et rituel. La religion dominait toute la structure politique. Depuis le Temple du Soleil dans le centre de Cuzco, on pouvait tracer des lignes imaginaires vers les lieux de culte des différentes classes sociales de la ville.

 Les pratiques religieuses comportaient des consultations d’oracles, des sacrifices en offrande, des transes religieuses et des confessions publiques. Un cycle annuel de fêtes religieuses était régulé par le calendrier Inca extrêmement précis, ainsi quel’année agricole.