Le 19 mai 1458 avant Jésus-Christ : Hatshepsout la reine  d’Egypte vient de s’éteindre. Son beau-fils Thoutmosis III, dont elle avait usurpé le trône, accède au pouvoir. Des insurrections sont signalées en Asie : un seigneur syrien défie la souveraineté de l’Égypte. Dans une plaine en contrebas de la ville de Megiddo, les deux armées les plus puissantes de l’Antiquité se préparent au combat. Le sort de l’Égypte est entre les mains de son jeune Pharaon qui subit là son baptême du feu Dans une plaine, à quelques lieues de la ville de Megiddo, les deux plus grandes armées du monde ancien s’apprêtent à se battre. Le destin de l’Egypte se trouve entre les mains d’un jeune pharaon. Une guerre qui va transformer ce jeune prince en guerrier, le plus grand que l’Egypte ait jamais connu, Touthmôsis III. Son histoire fut gravée sur les murs d’enceinte d’un sanctuaire à Karnak. Thoutmôsis III, que l’égyptologue américain James Henry Breasted appela le Napoléon de l’Égypte, reprit la politique de conquêtes de son père et porta le Nouvel Empire à son apogée.