L’énigme de la reine Hatshepsout, dont le tombeau a été retrouvé vide, fascine les scientifiques depuis toujours. Grâce à des tests ADN, une équipe d’archéologues et de médecins va peut-être pouvoir enfin élucider le mystère de la disparition de la première femme pharaon.

Hatshepsout : l’un des personnages les plus fascinants de la XVIIIe dynastie égyptienne. Grâce à son intelligence et à son courage, cette femme politique exceptionnelle au destin singulier va parvenir à accéder pleinement au pouvoir suprême, traditionnellement réservé aux hommes. Profitant de la minorité de son neveu, cette théologienne novatrice devient la première femme pharaon. Elle restera sur le trône d’Egypte pendant vingt-deux ans, de 1503 à 1482 av. J.-C. Période de prospérité remarquable, son règne est marqué par des expéditions commerciales en Ethiopie et par le lancement de grands travaux.
Son temple funéraire près de Thèbes est une réalisation exceptionnelle. Après la mort d’Hatshepsout, son beau-fils Thoutmosis III, longtemps tenu à l’écart du pouvoir, fait disparaître toutes les traces de sa belle-mère. Elle demeure ainsi un personnage d’autant plus mystérieux que sa tombe a été retrouvée vide.