Le document permettant l’évaluation des risques professionnels (EVRP), s’inscrit dans une démarche absolument obligatoire, dans une optique de prévention en entreprise. Passage obligatoire, il déterminera les différentes mesures à prendre et à renouveler au sein de l’organisation.

L’évaluation des risques professionnels est un point de départ essentiel

Comme dans tout établissement, les salariés peuvent être soumis à certaines contraintes physiques et psychologiques, nuisant à la santé de l’employé. Dans cette première étape, il est nécessaire d’établir un document unique, afin de s’inscrire dans une démarche préventive pour le bien-être de l’employé. À travers ce document, les différents membres du CHSCT, médecin du travail, salariés, délégués du personnel ainsi que les différents services liés à la prévention et à la sécurité, devront travailler ensemble sur sa rédaction. Le document unique s’inscrit dans une démarche obligatoire où l’employeur a le devoir de protéger le salarié, contre les différents risques au travail. Il doit non seulement être capable d’identifier les risques potentiels, mais également de déployer des actions appropriées pour corriger ces différents problèmes. Bien que certaines entreprises soient encore réticentes à utiliser l’EVRP, il permet d’obtenir une meilleure sécurité donc une meilleure rentabilité sur l’entreprise, avec des postes de travail et des conditions grandement aménagées pour que l’humain se sente bien évidemment intégré, en toute sécurité dans l’entreprise. Cette démarche préventive contribue donc favorablement au développement de la société, avec des nouveaux procédés qui pourront être ainsi déployés, en concertation avec les différentes parties concernées. Que ce soit pour les risques présents ou des risques potentiels, l’entreprise disposera d’une maîtrise totale grâce document unique.

Les différents domaines à inclure

Différents thèmes sont ainsi utilisés pour la création du document, mais ce sont les expressions clairement encadrées, à utiliser pour éviter toute confusion. En effet, l’évaluation se portera sur les différents dangers dans le lieu de travail, cette notion de dommages vis-à-vis du salarié, peut se manifester sur le plan physique ou sur le plan mental. Il peut s’agir d’une situation inadaptée au travail ou bien d’un équipement non approprié ou la manipulation de certains produits jugés comme dangereux. La notion de risque doit également apparaître, bien que celle-ci puisse être considérée comme abstraite, il est nécessaire de le faire avec une consultation approfondie des différents salariés. Il faut déterminer la fréquence et la durée d’exposition à certaines situations classifiées comme dangereuses, ainsi que la prise en compte de la gravité de la situation en cas d’exposition prolongée aux différents risques. Enfin, l’employeur devra se pencher sur le dommage, c’est-à-dire une situation non souhaitée pouvant malheureusement arriver aux salariés. Le document unique, a pour objectif de pallier ces différentes interrogations, c’est également un travail évolutif car le document est à la disposition de toutes les personnes souhaitant contribuer à son efficacité. C’est pourquoi le document n’est pas figé dans le temps, il pourra être modifié en fonction des nouvelles activités de l’entreprise ou en prenant en compte certaines remarques.

Effectuer une évaluation la plus proche de la réalité

Le document unique de sécurité a pour volonté de travailler avec les différents services de l’entreprise, pour qu’il constitue un document efficace. Pour ce faire, il est nécessaire d’engager des moyens de communication efficace, pour une mobilisation totale des différents services concernés. Différentes réunions seront bien évidemment nécessaires à organiser, tout comme le fait de choisir des outils appropriés, par rapport au domaine d’activité de la société. La rédaction du document, n’est pas obligatoirement à rédiger en interne, le recours à un service externe, permet d’octroyer une plus grande autonomie aux salariés tout en ayant un avis objectif, car vu de l’extérieur. Mais pour la grande efficacité du document, les différents salariés doivent se sentir impliqués dans le projet, c’est pourquoi il est nécessaire de multiplier les réunions en étant attentif aux différentes remarques et aux différents échanges. Une fois la phase d’organisation terminée, cela conduira à la mise en place d’actions préventives, en accord avec le CHSCT, les salariés compétents, mais également avec les délégués du personnel.