L’élite mondialiste a pris une décision qui pourrait bien signifier la fin de l’humanité telle que nous la connaissons dans les décennies à venir. Ceux qui planifient d’imposer une technocratie sur toute la planète considèrent désormais que les humains sont devenus inutiles !

Des robots seront donc utilisés pour remplacer et à la fois éliminer les humains alors que les élites auto-proclamées avancent vers leur singularité technologique tant adulée. La montée en puissance des robots (intelligence artificielle) n’est plias du tout confinée dans le domaine de la science-fiction. Si les prédictions de ceux qui ont déjà prouvés leur précision d’imaginer le, cours du futur et son développement technologique se réalisent, un nouvel âge sombre high-tech est notre destin immédiat.

Dans les décennies à venir, la plupart de toutes les fonctions qui sont remplies aujourd’hui par les humains seront faites par des robots ainsi la grande majorité des êtres humains sera devenue obsolète aux yeux de leurs contrôleurs ! L’élite « pourrait simplement décider d’exterminer la masse de l’humanité. »

Ray Kurzweil, un écrivain respecté, inventeur et futuriste, dans son livre publié en 1999 «The Age of Spiritual Machines», faisait déjà une série de prédiction sur les avancées technologiques qui arriveraient à chaque étape de dix années. Les prédictions à court terme de Kurzweil furent d’une précision remarquable : il prédit alors la venue de l’iPhone, des téléphones intelligents en général et des liseuses électroniques du genre Kindle. Il a aussi décrit l’iPad dix ans avant son émergence ainsi que la venue des communications téléphoniques sans fil utilisant « des images à haute résolution ». Kurzweil avait prédit qu’avant 2009, les interfaces d’ordinateurs auront toutes la qualité du papier, haute résolution, contraste de haut niveau, grand champ de vision et pas d’Interférence visuelle.

Les livres, les magazines et les journaux seront lus de manière routinière sur des écrans qui auront la taille de petits livres. » Kurzweil a aussi imaginé que serait iTunes, YouTube et des services à la demande comme Netflix ainsi que la manière dont tous ces services technologiques déclencheraient un énorme débat au sujet de la vie privée, ce qui est exactement ce qui se passe de nos jours. Il avait prédit que des drones sans pilotes seraient utilisés dans des opérations de combat avant 2009, a qui s’est effectivement passé. Là où tout s’obscurcit, cc sont ses nouvelles prédictions pour le futur et les décennies 2019-2029 et au-delà. Kurzweil prédit qu’avant 2019, des ordinateurs seront Implantés dans les lunettes et les verre» de contact, un processus qui est déjà en cours avec le développement des lunettes Google. Au moment où cela drivera, un ordinateur de 4000 USS aura la même capacité qu’un cerveau humain.

Les décennies au-delà de 2019 seront caractérisées par le problème d’une « sous-classe humaine ». qui ne sera pas engagée de manière productive dans l’économie. Après 2029, des ordinateurs et des téléphones, moyens de communication commenceront à être implantés dans les yeux et les oreilles des gens. De cette manière, la vision plus large d’une élite voyant les humains comme étant complètement jetables alors que leurs fonctions seront prises par des machines, deviendra d’autant plus une réalité.

Pour Kurzweil : « Il n’y aura quasiment plus d’emplois d’humains dans la production industrielle, l’agriculture et les transports. » En 2099, la planète entière sera gérée par des systèmes informatiques artificiellement intelligents qui seront plus intelligents que l’ensemble de la race humaine combinée.

Les humains qui auront résisté à devenir en partie cyborgs seront ostracisés dans la société. Selon Kurzweil : « Même au sein des intelligences humaines qui continueront à utiliser des neurones à base de carbone, il y aura une technologie d’implants neurologiques de tous les instants, qui permettra une énorme augmentation des capacités cognitives et perceptrices pour les sujets les utiliseront.

Les humains qui n’utiliseront pas ces implants seront incapables de participer de manière sensée à des conversations et dialogues avec ceux qui le font. » Au lieu d’être utilisée pour donner un pouvoir progressiste à l’humanité, la technologie sera utilisée pour creuser le fossé toujours plus avant entre ceux qui « possèdent » et ceux qui « ne possèdent pas ». Dans le futur, les guerres seront essentiellement combattues par des robots, les rendant bien plus omni présents et dangereux que maintenant.

Des robots sans capacités émotionnelles hésiteront ils à déployer des armes qui pourraient éliminer totalement des races humaines ou complète- ment détruire l’écosystème de la planète ? L’utilisation de robots pour les fonctions de police et de maintien de l’ordre» de recherche de suspects est aussi pour bientôt à l’ordre du jour. En 2008, le Pentagone avait demandé à des contracteurs de développer un « système de poursuite multi robots » créé pour rechercher, détecter et traquer des humains « non-coopératifs » dans des scenarii de « poursuite-évasion ».

Pour le scientifique Paul Marks, les robots seront inévitablement adaptés pour toutes fonctions domestiques incluant bien sûr les fonctions de police et de contrôle des foules et des populations : « Combien de temps avant que nous ne soyons les témoins de meutes de droïdes chassant des manifestants avec des armes paralysantes ? Ces meutes pourraient-elles même être armées pour tuer ?» La poussée des élites pour faciliter la montée en puissance des robots est motivée par le fait d’enlever le processus de prise de décision de la part du public et des humains. Ne pouvant faire confiance aux humains pour suivre une chaîne de décisions qui pourraient décider de la mort de nombreux autres humains, les androïdes se doivent donc d’être mis en position d’exécuteurs des ordres.

Dans les décennies à venir, l’humanité fera face à une nouvelle forme d’esclavagisme, une tyrannie scientifiquement mise au point au travers de laquelle l’élite auto-proclamée utilisera les robots pour subjuguer le reste de l’humanité et éliminer les poches de résistance non-coopérative.